Louise Labé, Tous les Poèmes pour le Cours Avancé

Louise Labé (1524?–1565)

Née à Lyon dans une famille aisée de fabricants de cordes (d'où son surnom de "la belle cordière,") Louise Labé était une femme cultivée et d'une beauté célèbre. Elle jouait du luth, parlait espagnol et italien, brodait et tenait un salon qui attirait chez elle l'élite de la société brillante et intellectuelle de la ville.

Son oeuvre n'est pas abondante. Le "Débat de Folie et d'Amour," publié en 1555, est une oeuvre allégorique en prose sous forme de débat, dont la conclusion est "Car si c'est vrai amour, il est grand et véhément, et plus fort que toute raison." Mais c'est surtout pour ses poèmes qu'elle est restée célèbre: une douzaine de sonnets et quelques élégies.

Ses poèmes expriment de façon quelque peu osée les joies et les souffrances de l'amour, ce qui était audacieux pour son époque et surtout pour une femme. D'inspiration pétrarquiste (c'est-à-dire qui traitent d'un amour idéalisé), les sonnets de Louise Labé, écrits en un style simple, expriment une passion tumultueuse et violente. Certaines expressions, parfois difficiles à nos yeux, évitent de trop choquer ses lecteurs. Ses vers sont truffés de confidences intimes et même sensuelles, exprimées avec une retenue qui cache à peine un érotisme violent. La poésie de Louise Labé est l'oeuvre d'une femme déchirée par l'amour et torturée par l'absence de celui qu'elle aime.

On sait que Labé inspira de fortes passions chez de nombreux admirateurs, notamment du poète lyrique Olivier de Magny, qui lui inspira ses vers les plus brûlants. A l'encontre de ce que l'on trouve chez ses contemporains, chez Louise Labé c'est la femme qui souffre et l'homme qui est l'objet du désir. On est loin de l'idée médiévale de l'amour chevaleresque et platonique. Par sa hardiesse on peut dire que Louise Labé est le précurseur de la femme moderne et libérée.


Back to Supplement Table of Contents